L'église conventuelle de l'Ordre de Malte à Paris

L'église Sainte-Élisabeth-de-Hongrie est l'église conventuelle de l'Ordre de Malte à Paris. C'est pourquoi nous voyons des chevaliers de Malte, en habit noir marqué de la croix caractéristique de leur ordre, assister régulièrement à la messe à Sainte-Élisabeth. Certains grands offices de l'Ordre à Paris sont également organisés dans l'église : entrée en noviciat ou vœux des religieux de l'Ordre, messes en présence du Grand-Maître, messes anniversaires etc.

Le groupe des jeunes de l'Ordre organise aussi, en partenariat avec une équipe de la paroisse,
des petits-déjeuners pour les sans abris, ainsi que  des  maraudes. Consultez  la page dédiée aux
petits-déjeuners pour en apprendre davantage.

Enfin, chaque année, au mois de mai, une délégation de  la  paroisse  participe  au  pèlerinage
international de l'Ordre à Lourdes.

En  cliquant  sur  les  liens  suivants, vous pourrez avoir un aperçu de certaines cérémonies de
l'Ordre tenues dans l'église : 

Des liens depuis 200 ans

Le 9 Février 1815, les baillis, commandeurs et chevaliers de l’Ordre de Malte font célébrer par l’abbé de Quelen, futur archevêque de Paris,  une messe pour Louis XVI et sa famille.

La Révolution a fait perdre à l'Ordre toutes ses possessions en France et en particulier l’Enclos du Temple avec son église Sainte Marie du Temple. Cette dernière, copie du Saint Sépulcre de Jérusalem, servait aussi d’église paroissiale pour le quartier. Comme la tour du Temple, elle fut détruite. Le Palais du Grand Prieur va être donné à une Princesse de Condé, moniale bénédictine, afin qu’elle y établisse un monastère qui après bien des vicissitudes s’établira à Limon Vauhallan. La  célébration de 1815 est la première dont on ait mémoire, et on ne voit pas comment pendant l’Empire une autre célébration aurait pu avoir lieu.

A partir de cette date, des célébrations se sont vraisemblablement succédées. En 1938, à la demande du chanoine Marcadé, curé de Sainte Élisabeth de Hongrie, l’église est attribuée comme "église conventuelle de l’Ordre" par l’archevêque de Paris.  Il semble bien qu’on consacre alors un usage.

Prochaines cérémonies de l'Ordre

  • Vendredi 8 septembre 2017, fête de Notre-Dame de Philerme : 18 h 30 vêpres - 19 h : messe.

Un ordre créé il y a 900 ans

À Jérusalem, en face du Saint-Sépulcre, des religieux habillés de noir s'activaient auprès des malades. La vocation d'origine de ces hommes qui se dévouaient aux blessés, aux malades, à ceux que le Pape Jean-Paul II appellera neuf siècles plus tard dans une formule saisissante " les blessés de la vie " sera ainsi, dès leur origine, une vocation hospitalière. " Quand un malade viendra, qu'il soit porté au lit et là, comme s'il était le Seigneur reçu, donnez-lui ce que la maison peut fournir de mieux. "

En 2013, l'Ordre a fêté son 900e anniversaire. À cette occasion, il a été reçu dans la basilique Saint-Pierre de Rome par le Pape Benoît XVI le 9 février 2013. Vous pouvez lire ici l'allucation du Saint-Père aux membres de l'Ordre.

Un ordre religieux et hospitalier

L'Ordre de Malte est un ordre religieux, placé sous la protection directe du Saint-Père et qui a conquis, au fil d'une histoire très riche qui se confond avec l'Histoire, le statut particulier d'ordre souverain et militaire qui complètera cette vocation hospitalière. À sa tête, un Grand Maître - appellation qui remonte à Raymond du Puy, un Français qui était le chef des Hospitaliers dans les années 1100 - est élu qui gouverne assisté d'un Souverain Conseil ( le gouvernement de l'Ordre) et d'un Chapitre Général (le parlement de l'Ordre). Il existe une Chambre des Comptes et des tribunaux spécialisés.

Si l'Ordre de Malte ne compte plus aujourd'hui de religieuses, un millier de Dames de l'Ordre poursuivent auprès des chevaliers la même mission humanitaire.

Un statut unique dans le monde de l'humanitaire

Ce statut unique dans le monde de l'action humanitaire est reconnu par 89 États avec lesquels l'Ordre de Malte entretient des relations diplomatiques, ainsi que par le Saint-Siège avec lequel il est en étroite relation, et par de nombreuses institutions internationales auprès desquelles il dispose d'un siège de représentant ou d'observateur permanent (Nations Unies, Commission des Communautés Européennes, Organisation Mondiale de la Santé, UNESCO, Conseil de l'Europe, etc.).

L'Ordre bénéficie ainsi du privilège de pouvoir exercer pleinement et entièrement sa vocation sur la presque totalité du globe : son action permanente couvre à ce jour près de 110 pays et ses équipes internationales d'intervention d'urgence sont présentes dès qu'une catastrophe ou un conflit jettent des hommes et des femmes dans des formes de détresse qui exigent une aide humaine, sociale, médicale.